MIREVAL Damien

Après des travaux de Master 2 – recherche en Religions, Cultures et Politiques à l’école pratique des hautes études en 2012-2013, Damien Mireval a décidé de poursuivre son parcours académique par la réalisation d’une thèse de doctorat sur une problématique politico-militaire d’histoire contemporaine.

Sous la direction du professeur Sébastien-Yves Laurent, son sujet portera sur « Armées, sécurité et rébellions : le rôle du renseignement et des opérations spéciales dans les guerres du Tchad (1969-1990). »

En poste au sein du ministère de la Défense depuis une quinzaine d’années, il concilie le métier des armes et la passion de l’histoire du temps présent et des relations entre les peuples. Ses travaux chercheront à apporter un éclairage nouveau sur une période africaine assez peu étudiée sous l’angle du renseignement et des opérations spéciales.

Au Tchad, le triptyque « armées, sécurité et rébellions » correspond à une séquence historique dominée par l’émergence d’une rébellion, le Front de libération nationale du Tchad (FROLINAT), qui finira par s’emparer du pouvoir et engendrer une guerre civile suivie d’une guerre de libération des provinces du Nord.

Alors que la France s’engage en 1969 dans sa première véritable guerre africaine depuis l’indépendance de l’Algérie, un coup d’Etat installe au pouvoir à Tripoli le colonel Kadhafi qui intervient chez son voisin tchadien au travers de ses soutiens aux différents mouvements de rébellion.

Durant les décennies 1970 et 1980, la France va poursuivre une politique d’engagements militaires quelle que soit la séquence politique tchadienne : le régime de Tombalbaye (1969-1975), la période intérimaire du régime militaire issu du coup d’Etat de 1975 (1975-1978), la victoire du FROLINAT et la guerre civile entre Goukouni Weddeye et Hissène Habré (1978-1982), et enfin le régime d’Hissène Habré finalement renversé par le général Idriss Deby (1982-1990).

Or, tout au long de la période, la stratégie française consiste à mener une guerre contre la Libye, tout en cherchant à conserver son influence au sein de la jeune république tchadienne. Dans cette guerre d’un genre nouveau et méconnu, le renseignement et les opérations spéciales constituent des armes fondamentales qui vont subir des mutations au point de faire de l’expérience tchadienne un moment historique singulier pour le renseignement français, au c½ur des problématiques interservices précédant la création de la direction du renseignement militaire.

Parce qu’elle veut continuer à exister en Afrique notamment dans la bande sahélo-saharienne, concurrencée par les États-Unis et persuadée d’être menacée par l’Union soviétique et le régime libyen ; parce qu’elle est aussi très impliquée dans les affaires intérieures du Tchad, parfois avec excès (‘Françafrique’) ; et enfin parce que ses adversaires tout au long de ces années la contraignent à une adaptation permanente de posture et de capacités militaires, la France va faire du Tchad son point focal en Afrique, le laboratoire de ses futurs engagements, à la frontière entre légalité et légitimité, entre actions conventionnelles et spéciales, entre raison d’Etat et diplomatie.

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

La Bulgarie et la coopération franco-bulgare, cinq ans après l'adhésion à l'Union Européenne

29 novembre 2012 9h00 - 17h00

Université Montesquieu Bordeaux IV Pôle Juridique et Judiciaire 35 place Pey Berland Amphi 2 N


Chaire sur les pays émergents

Mercredi 17 octobre

Salle Manon Cormier (Université Montesquieu Bordeaux IV) 10h30 - 12h00

Organisée par Monsieur Nicolas MONCEAU, Maître de conférences


Affiche
Affiche
Programm
Programm

Les populismes d'hier et d'aujourd'hui

11 octobre 2012

l’Université Montesquieu Bordeaux IV

Organisée par Gérard Dussouy, Professeur

et

Eric Dubesset, Maître de conférences


Colloque Aron

30 mars 2012

Colloque Raymond Aron : la pensée des relations internationales, cinquante ans après Paix et guerre entre les nations. Quel héritage pour le XXIè siècle ?

Université Montesquieu Bordeaux IV

Organisé par le professeur Dario Battistella